L’assurance vie : un placement financier sûr et rentable

Pour quelles raisons les Français sont-ils attirés de plus en plus à souscrire à une assurance vie ? Ne doutons point à ce sujet sur les mérites et les bienfaits d’un tel agissement. Ce nouveau mode de placement-épargne permet de bénéficier d’un gain non négligeable pour tout le monde. Le point.

Qu’est-ce qu’une assurance vie ?

On appelle assurance vie un contrat entre un souscripteur et un assureur par lequel celui-ci s’engage à verser une rente ou un capital à l’assuré en échange de versement de sommes d’argent. L’assuré (ou le bénéficiaire) pourra percevoir les contreparties des primes qu’il a versées à partir du délai imposé dans le contrat d’assurance, généralement fixé à 8 ans au moins. Toutefois, les exceptions à cette règle sont toujours possibles avec l’accord de l’assureur (décès du souscripteur, cas de force majeure, etc.

D’après un conseiller en gestion de patrimoine, le capital rétrocédé au terme du contrat est défini par la totalité des versements majorée du taux d’intérêt défini dans le contrat. Par ailleurs, les primes pourront être versées en une seule fois au début du contrat ou périodiquement selon les conventions des parties.

Pourquoi les Français apprécient-ils ce type de placement ?

D’après les chiffres affichés par la Fédération française des assurances pour l’exercice 2017, la valeur obtenue en assurance vie et succession se sont élevées à près de 2 milliards d’euros pour le premier semestre. Même si elle est un peu moindre qu’en 2016, force est de constater que les Français sont attachés fermement à ce placement qu’ils jugent assez rentable malgré quelques projets de réforme récents. En effet, la réforme fiscale Macron (le flat tax à 30 %) ou la loi Sapin 2 n’ont pu empêcher nos compatriotes de s’adonner à cette pratique très rémunératrice !

Ce qui séduit particulièrement les Français pour souscrire à ce type de contrat de vie est la franchise fiscale obtenue avec. Lors d’une transaction exécutée sur un contrat d’assurance vie (vente de fonds en euros sécurisé, SCPI ou de fonds en actions…), vous êtes exonéré de prélèvements fiscaux et sociaux. Ceux-ci ne sont payés que lors du retrait final ou en cas de décès, à la différence des compte-titres ordinaires pour lesquels vous déboursez des prélèvements à chaque plus-value réalisée.

Quelques atouts obtenus

L’exonération d’impôt pendant un contrat d’assurance vie est non négligeable, le souscripteur peut solliciter une avance non imposable. Ainsi, l’assuré pourra toucher un capital en liquide sans aucune incidence sur son plan épargne qui fructifiera toujours sans être touchée par n’importe quel impôt.

D’autre part, les capitaux décès sont exonérés de droits de succession, à hauteur de 152 500 € pour chaque bénéficiaire en cas de décès du souscripteur. La taxe imposée est de 20 % contre 60 % de droits dans le cas d’une succession classique.